Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[Revue de presse,24 éme journée de L2] FC Metz – Stade Lavallois Mayenne FC

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Républicain lorrain

Football : ça plane pour Metz

Le FC Metz se présentera à Nancy, ce vendredi, avec une confiance au zénith. Hier, face à Laval (1-0), il a enregistré sa troisième victoire consécutive, grâce à un but de l’inévitable Bekamenga.

combatif-mais-en-manque-de-reussite-krivets-aurait-aussi-merite-un-penalty face à laval photo Anthony Picore

Combatif mais en manque de réussite Krivets aurait aussi mérité un penalty face à Laval photo Anthony Picore

Les supporters de Saint-Symphorien avaient un match sous les yeux hier, mais un autre rendez-vous en tête. Sur les banderoles ou en chanson, les pensées étaient déjà tournées vers le derby de vendredi, à Nancy. Qu’ils ne suivront pas sur place au demeurant. Le FC Metz, lui, verra bien Marcel-Picot et il a fait le nécessaire pour pimenter l’événement et renforcer sa dramaturgie. Grâce à sa victoire face à Laval (1-0), il s’est rapproché d’un voisin tenu en échec à Niort et aura l’occasion d’accentuer la pression dans la lutte à l’accession.

Les Grenats ont donc fait le métier. Les voici flanqués d’un troisième succès d’affilée et celui-ci ne souffre d’aucune contestation face à un adversaire peu enclin à fermer le jeu et c’est un formidable euphémisme. Car la première mi-temps fut un remake de l’Odyssée de l’espace, une ode permanente aux courants d’air et l’exploit de Laval tiendra surtout à ce retour au vestiaire avec, seulement, un but d’écart à la pause. C’était fort mal payé pour les hommes de Philippe Hinschberger.

Saga Bekamenga

Peu avant la demi-heure de jeu, le FC Metz s’est en effet offert un irrésistible temps fort matérialisé par sept occasions en quinze minutes. Reis (26e ), Sassi (26e ), Métanire (28e ), Candeias (39e ) et Krivets (35e , 40e ) ont tour à tour eu l’occasion de tester la vigilance de Cappone, sans la tromper pour autant. Un centre détourné du même Candeias est même venu lécher la barre (30e ), comme l’avait fait Quintin à l’opposé, après le coup d’envoi (3e ).

Metz aurait pu regretter ce manque de réalisme mais il avait fait le nécessaire auparavant. Et qui a encore frappé ? Toujours le même. Sur une ouverture de Sassi et un centre de Métanire, Christian Bekamanga a trompé le gardien avec l’aide d’un défenseur (1-0, 16e ) et surtout inscrit son quatrième but en trois sorties.

En perdition à Lens durant une demi-saison, la recrue préfère manifestement l’air de la Moselle. Le Camerounais est, en tout cas, en train de susurrer un doux refrain cet hiver. Saga Bekamenga, c’est chaud et ça sonne bien…

Du reste, c’est un collectif entier qui a su cueillir et protéger ce résultat intéressant. À l’image de Didillon, auteur d’une jolie détente sur une frappe de Goncalves (49e ), ou du duo Reis-Palomino qui n’a pas laissé passer grand-chose hier. Sans parler de la tenue défensive de Métanire et Gomes, qui ont su nettoyer leurs couloirs avec autorité.

Au passage, Metz aurait pu faire l’économie de tout suspense si l’arbitre avait accordé un penalty à Krivets, balancé comme un malpropre dans la surface par Hassane Alla (62e ). Sans conséquence. Metz avait assuré l’essentiel et idéalement préparé sa petite sortie de vendredi chez son voisin préféré. Les Grenats arrivent lancés.

Christian JOUGLEUX.

Football : au FC Metz, c’est Bekamengoal !

Il ne s’arrête plus ! Arrivé pendant le mercato hivernal, le nouvel avant-centre messin a marqué hier pour la quatrième fois en trois matches. C’est l’attaquant que les Grenats attendaient.

christian-bekamenga-l-homme-providentiel-la-recrue-hivernale-a-encore-frappe-hier-soir-face-a-son-ancien-club-photo-anthony-picore-1454453553

Christian Bekamenga l homme providentiel la recrue hivernale a encore frappe hier soir face à son ancien club photo Anthony Picore

DIDILLON. Il s’est bien tiré du peu qu’il a eu à faire. Avec un poil de chance quand il a été sauvé par sa transversale très tôt (3e ) puis avec davantage de maîtrise ensuite. Il est ainsi bien sorti de son but en fin de partie quand cela se justifiait.

MÉTANIRE. Une activité encore exceptionnelle dans son couloir. Et décisive puisqu’il centre pour Bekamenga lors de l’ouverture du score (16e ). L’arrière droit messin aurait même pu doubler la mise. Après un joli numéro, son tir a trouvé le poteau (28e ).

REIS. Un tacle autoritaire d’entrée (5e ), un retour plein de sérénité face à N’Diaye (33e ) et un placement sûr tout au long de la partie : soirée réussie pour le Portugais qui s’est même permis d’aller inquiéter Cappone sur un tir vicieux (33e ).

PALOMINO. Toujours aussi peu académique dans ses interventions mais toujours aussi efficace. Il faut se lever tôt pour le battre dans un duel.

GOMES. Le gaucher a allié à une bonne présence défensive une volonté d’aller vers l’avant. Un match complet où il n’a quasiment rien raté.

MANDJECK. Dans la paire de récupérateurs qu’il forme avec Sassi, ce n’est pas le plus fin. Mais pas non plus le dernier à aller aux duels. Son impact physique fait indéniablement du bien à ses coéquipiers.

SASSI. Ce n’est pas un hasard s’il est à l’origine du premier but via sa passe vers Métanire. Plus à l’aise que Mandjeck balle au pied, le Tunisien est souvent celui qui parvient à briser les lignes par ses transmissions précises. Sa tête, elle, l’était moins puisque, seul à six mètres (26e ), il a trouvé les gants du gardien lavallois. Remplacé par SANTOS (70e ).

CANDEIAS. Des centres à la pelle, un tir sur la barre transversale (30e ), une frappe puissante captée (35e ), le Portugais n’a pas ménagé ses efforts. Il a été un poison constant pour ses adversaires. Remplacé par KABORÉ (80e ).

KRIVETS. Le Biélorusse a bien eu quelques occasions de briller mais il les a manquées. Comme sur ce déboulé plein axe conclu par un tir non cadré (40e ). Cela n’enlève rien à ses bons retours défensifs et à sa volonté de transmettre des ballons propres à ses coéquipiers, pénalisée par une certaine lenteur. Bousculé par Alla, il aurait dû bénéficier d’un penalty (62e ). Remplacé par KEHLI (63e ) qui a eu une occasion de doubler la mise mais a trop tergiversé (90e ).

NGBAKOTO. Discret en première quand le jeu messin penchait à droite, plus en vue ensuite. Mais le capitaine lorrain a rarement pris les bonnes décisions et s’est parfois entêté dans ses dribbles. Petit match.

BEKAMENGA. Appelez-le Bekamengoal ! Pour sa troisième apparition hier sous le maillot grenat, le Camerounais a inscrit son quatrième but. Prodigieux. Comme sa faculté à surgir au moment opportun. Face à Laval, sa reprise gagnante sur un centre de Métanire lui a ainsi permis de sortir avec les honneurs d’un premier quart d’heure anonyme. La suite ? De la puissance, de l’implication ou des choix pas toujours pertinents. Peu importe, ses statistiques parlent pour lui.

Thibaut GAGNEPAIN.

Football : les réactions après le match FC Metz – Laval

Denis Zanko, entraîneur de Laval : « On a fait quinze bonnes premières minutes et après, on a été pris par l’engagement et la générosité messine. On a essayé de rectifier le tir à la pause mais sans marquer. Je suis un peu frustré par notre première période où on a lâché. Il aurait fallu faire un match plein pour espérer quelque chose ici. »

Philippe Hinschberger, entraîneur de Metz : « On a atteint notre objectif qui était d’enchaîner une troisième victoire. Il y a des différences énormes entre les deux périodes. En deuxième, on a été inconsistant, on n’a pas fait trois passes et on ne s’est pas procuré d’occasion. Je n’ai pas d’explication. Ce n’est pas parfait mais je ne ferai pas la fine bouche. J’ai bien aimé le comportement de ma défense, notamment l’axe central. Laval a eu très peu de véritables opportunités même si on s’est fait quelques frayeurs en fin de rencontre. Les entrées n’ont pas forcément rendu l’équipe meilleure, c’est comme ça… Je suis bien placé pour savoir que ce rendez-vous serait difficile à négocier. Mais c’est le genre de match qu’il faut savoir gagner et on l’a fait. Maintenant, on peut se concentrer sur le déplacement à Nancy. Au-delà de la notion de derby, nous allons pouvoir jauger notre potentiel à l’extérieur face à une équipe nancéienne très en forme. On sait très bien à qui on va se frotter. »

Romain Métanire, défenseur de Metz : « Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas gagné trois matches de suite. Ça fait du bien ! Ce qui fait plaisir, c’est d’avoir encore une fois été solide. On n’encaisse pas de but, c’est une excellente chose. En seconde période, on s’est plus contenté de défendre en tentant d’exploiter nos récupérations de balles. Malheureusement, il y a eu quelques déchets. Personnellement, je me sens de mieux en mieux, je sens qu’on me fait confiance. Je fais tout pour donner le meilleur. En première période, j’ai souvent pris le couloir et après l’ouverture du score, j’ai surtout pensé à gérer. En tout cas, cette nouvelle victoire nous permet d’aborder le derby sur des bases solides. »

Kévin Lejeune, milieu de Metz (blessé actuellement) : « On ne fait pas un match parfait de la première à la dernière minute, mais l’essentiel, c’est bel et bien d’engranger un nouveau succès. Pour ma part, je dois normalement reprendre la course dès ce mercredi pour un retour que j’espère en mars. »

Luxemburger Wort

Le FC Metz réussit la passe de trois face à Laval

Christian Bekamenga est décidément le nouvel homme providentiel du FC Metz,,, qui gagne à nouveau Photo: Michel Dell'Aiera

Christian Bekamenga est décidément le nouvel homme providentiel du FC Metz,,, qui gagne à nouveau. Photo: Michel Dell’Aiera

Entreprenant en première période puis plus timide, le FC Metz a néanmoins réussi à écarter Laval (1-0) sur une nouvelle réalisation de Christian Bekamenga. Un succès d’importance avant de s’en aller défier Nancy vendredi prochain. Les hommes de Philippe Hinschberger viennent d’aligner un troisième succès de rang. Très bon pour le moral.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note

Le FC Metz a mis un quart d’heure avant de démarrer sa rencontre face à des Lavallois jusque-là plus entreprenants. A l’image de cette tentative de Quintin, dont le centre-tir est venu toucher la barre transversale du but de Didillon (2e), les Messins ont ronronné avant de passer la vitesse supérieure. Une accélération qui va profiter à Bekamenga, idéalement servi par Métanire en pleine surface, et qui va bénéficier d’un essai détourné par un Lavallois pour trouver un poteau rentrant (1-0, 16e).

Enfin plus conquérants, les hommes de Philippe Hinschberger vont ensuite dominer les débats: Candeias va délivrer un centre légèrement dévié qui va heurter la barre adverse avant que Krivets (39e) ne s’essaye à une frappe de loin imprécise.

Malheureusement, le FC Metz va perdre le fil de ses bonnes intentions au cours d’un second acte qui va perdre beaucoup d’intensité et de précision. Aucune occasion franche, même si Kehli (90+3) aurait pu mieux négocier un ballon favorable. Au final, les Messins alignent un troisième succès de rang qui suffit amplement à leur bonheur comme à celui des 10.927 fidèles du stade Saint-Symphorien. Une note correcte (13/20) pour un ensemble courageux.

Les joueurs et leur note

Didillon (6/10) a été sauvé par sa barre (2e), s’est bien détendu (48e) a fini par glisser (79e) mais a finalement réalisé une bonne sortie d’ensemble.

En défense, Métanire (6) a souffert en début de partie avant de se reprendre très correctement. Gomes (6,5) a trouvé ses marques sur son flanc gauche qu’il a tenu avec beaucoup d’aisance. Dans l’axe, Reis (6,5) revient en forme au bon moment (avant le derby!), tandis que Palomino (6,5) s’est montré très solide.

Au milieu, Sassi (5,5) a réussi de bons aiguillages mais n’a pas pesé comme il avait su le faire face à Créteil. Mandjeck (6,5) a trouvé le bon rythme depuis l’arrivée de Philippe Hinschberger et sa présence physique est maintenant indispensable au bon équilibre d’ensemble. Krivets (5) s’est fait bousculer irrégulièrement aux abords de la surface (61e) sans que l’arbitre ne bronche et avant cela il avait fait un mauvais choix (39e): le Biélorusse est encore trop timide dans son jeu comme dans ses prises de risque. Ngbakoto (5,5) a beaucoup donné mais a été trop peu sollicité pour donner du volume à la formation messine en seconde période. Candeias (5) a du jus, mais il s’est éteint lors des quarante-cinq dernières minutes.

En attaque, Bekamenga (6,5) a marqué son quatrième but en trois parties et a offert à son équipe un succès qui vaut de l’or. Il risque, certainement, de payer ses gros efforts en fin de semaine à Nancy.

Le geste du match

Romain Métanire aurait pu être l’auteur d’un but de toute beauté (27e). Le latéral droit grenat a osé et réussi un joli petit «sombrero» en pleine défense adverse et sa reprise du gauche est venue heurter le poteau gauche du but gardé par Cappone le gardien lavallois. Une tentative audacieuse qui prouve que Métanire est, comme l’ensemble de ses coéquipiers, en regain de forme et de confiance.

Ouest France

Ligue 2. Laval s’incline de peu à Metz

La déception de Nordi Mukiele. Jérôme Fouquet

La déception de Nordi Mukiele. Jérôme Fouquet

Les Lavallois enchaînent un troisième match sans succès en championnat après s’être incliné 1-0 sur la pelouse du FC Metz.

Le début de match est équilibré mais Metz va très vite prendre l’avantage. Au quart d’heure de jeu, Christian Bekamenga, ancien tango, ouvre le score à la suite d’une frappe contrée par un défenseur adverse (1-0, 15′).

La domination messine continue au fil des minutes. Metanire est tout proche de doubler la mise (25′, 27′, 29′) mais Cappone veille au grain. À la pause Metz mène logiquement sur la plus petite des marques.

Didillon brille

Invisibles dans le premier acte, les Tangos mettent du cœur à l’ouvrage au retour des vestiaires, bien décidés à revenir dans le match. Goncalves est tout proche de remettre les deux équipes à égalité mais sa frappe est magnifiquement détournée par Didillon.  Le score ne bougera plus, Laval s’incline. Metz creuse l’écart sur le quatrième.

Le Quotidien

Metz fait le boulot

LIGUE 2 En battant Laval, les Grenats se sont donné un tout petit peu d’air au classement : 3 points d’avance sur le 4e, qui se trouve désormais être le Red Star.

Et c’est un nouveau but de Bekamenga qui a suffit au bonheur des hommes de Philippe Hinschberger.

De notre journaliste Julien Mollereau

Eh oui, Bekamenga a encore frappé, pour le plus grand bonheur de ses coéquipiers. Photo Républicain Lorrain

Eh oui, Bekamenga a encore frappé, pour le plus grand bonheur de ses coéquipiers. Photo Républicain Lorrain

D’un point de vue comptable, cela fait un bien fou : l’avance d’un misérable petit point qui n’autorisait même pas le moindre faux pas a grandi dans des proportions conséquentes. En changeant de poursuivant direct (Le Havre commettant l’erreur de s’incliner à Beauvais contre le Red Star), Metz a gagné un matelas «confortable» de trois points.

C’est toujours ça de pris. Et c’est encore à Bekamenga qu’il le doit. Ce garçon, auteur de son quatrième but depuis son arrivée en Moselle, un but qui vaut encore trois points, est sur le point de devenir la meilleure pioche de la décenD nie pour le club lorrain. Il a donc surgi, comme c’est en passe de devenir son habitude, dès la 16e minute, pour pousser au fond un centre d’un Métanire très actif et donner aux Grenats un avantage qu’ils conserveront jusqu’au bout pour signer leur troisième succès consécutif en Ligue 2. Un succès qui fait un bien fou dans l’optique de la montée.

Un poteau et deux barres

Tout aurait pu commencer bien plus difficilement si un centre-tir de Quintin n’avait pas accroché la barre messine. Mais il serait scandaleux de réduire le début de match des Messins à ce soubresaut : les Lavallois, fringants un petit quart d’heure seulement, ont manqué de plier dans les très grandes largeurs tout au long de la demi-heure suivante. Au bout de ce long moment > de flottement : un poteau de Métanire après un joli petit numéro personnel dans la surface des Tangos (26e) et une barre de Candeias sur un autre centre-tir (30e).

En deuxième mi-temps, un penalty non sifflé (mais qui paraissait pourtant évident) sur Krivets a autorisé les visiteurs à y croire un peu. Deux dégagements in extremis de la défense messine sur des actions un peu stressantes dans les dix dernières minutes achevaient de faire le bonheur du stade Saint-Symphorien. Voilà trois points qui sonnent bien!

L’Ami Sport

Le FC Metz vient à bout de Laval (1-0) ce mardi. Trois points très précieux pour les grenats sur le podium. Voici notre TOP/FLOP !

TOP :

Christian Bekamenga : Avec quatre buts en trois matches, l’attaquant prêté par Troyes a déjà inscrit plus de pions que tous les autres buteurs mosellans depuis le début de la saison. En plus de son but plein de spontanéité (16e), l’ancien joueur de Laval s’est montré très inspiré en première période face à ses anciens coéquipiers. Un attaquant qui fait des appels, qui réussit ses contrôles et qui marque des buts, on avait pas vu ça depuis un bail à Saint-Symphorien.

Daniel Candeias : Il va finir par être décisif à force de cumuler les gestes justes. Ce soir, Daniel Candeias a tout de même initié l’action qui mène au seul but du match en glissant un ballon idéal à Ferjani Sassi. Sinon, il a su mettre son équipe dans le bon sens par des choix judicieux en première période. Avant sa sortie (79e), il s’est montré beaucoup plus discret.

Romain Métanire : Passeur décisif ce soir car bien décalé par une passe lumineuse de Ferjani Sassi, Romain Métanire a surtout très bien défendu ce mardi. Avec application et une agressivité toute maîtrisé. A quelques jours du fameux derby lorrain, on sait que ce joueur formé à Metz aura à cœur de ne rien lâcher et, forcément, c’est une belle nouvelle de le voir au top.

FLOP :

Sergei Krivets : Le biélorusse est crâmé. Point. Tout ce qu’il entreprend, Sergei Krivets le fait avec un petit temps de retard. Et quand il frappe (39e), c’est sans beaucoup de pêche et surtout en oubliant les appels de ses coéquipiers. Même si l’arbitre oublie clairement se siffler un pénalty sur lui (61e), on peut là encore lui reprocher un manque de mordant dans sa prise de décision. Trop lent, trop émoussé. Comme depuis un an et demi.

Samy Kehli : Philippe Hinschberger possède tellement de milieux offensifs dans son groupe professionnel que Samy Kehli aurait tout intêret à montrer autre chose lors de ses entrées en jeu. Ce mardi, en une demi-heure, il a joué à l’envers. Trop lentement quand il pouvait lancer ses attaquants et bien trop vite en fin de match quand il convenait de garder le ballon. Sa toute dernière action, sur laquelle il manque une passe décisive dans la surface, symbolise à elle seule sa petite prestation.

Georges Mandjeck : Le Flop un peu sévère et capricieux de la soirée. A côté de Ferjani Sassi, le camerounais a eu moins d’impact que lors de ses dernières prestations. On chipote car à part sur quelques interventions que l’on aurait voulu plus mordantes, il n’a pas dénoté au sein du collectif grenat.

L’Essentiel

Christian Bekamenga propulse le FC Metz

Les Messins se sont imposés, mardi soir, face à Laval. La recrue Christian Bekamenga a encore trouvé le chemin des filets avant d’affronter Nancy, vendredi.

Bekamenga a encore marqué pour le FC Metz.

Bekamenga a encore marqué pour le FC Metz.

La série est lancée. Et ça tombe très bien à quelques jours du derby face à Nancy, vendredi soir. Le FC Metz a enchainé, mardi soir, face à Laval, une troisième victoire consécutive (1-0).

Et c’est encore la recrue hivernale Christian Bekamenga, accessoirement aussi ancien buteur de Laval, qui a marqué pour les Grenats, ouvrant le score dès la 16e minute de jeu. Malgré la pression des visiteurs en fin de match, les Mosellans ont résisté pour obtenir ce nouveau succès.

Le FC Metz conforte ainsi sa troisième place en Ligue 2 avec trois longueurs d’avance sur la quatrième place occupée par le Red Star. Nancy accorché à Niort (0-0) se laisse dépossédé de sa place de leader par Dijon.

(Philippe Di Filippo /L’essentiel)

 

Socios FC-Metz © 2019