Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[LEGENDE GRENAT] Franck Signorino, pour l’amour du club

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Nogent-Sur-Marne, le 19 septembre 1981…

C’est là que tout commence. C’est à ce moment-là que naît un homme qui consacrera la majorité de sa vie pour sa plus tendre passion : le Football. C’est dans cette ville de 30 000 habitants que Franck commença alors sa carrière de footballeur. En effet, c’est à l’âge de 5 ans qu’il débute le football et, très rapidement, à 12 ans, il est dans le viseur du centre de formation grenat. Avec sa patte gauche et la vivacité qui le caractérise, il évoluera sur le flanc gauche à différentes positions : tantôt ailier, tantôt milieu (selon les besoins). En 1996, alors qu’il a que 15 ans, il rejoint le centre de formation du FC Metz, avec un certain Philippe Hinschberger aux commandes, lequel est alors à l’aube de sa carrière d’entraîneur.

 

1999, l’année des complications…

Tout n’a pas toujours été tout beau, tout rose durant sa carrière : le gaucher se casse le tibia et subit une mononucléose en 1999, à tout juste 18 ans. Mais le natif de Nogent-sur-Marne parviendra à passer outre cette terrible étape de sa carrière, qui durera tout de même plus d’une année. Les efforts qu’il accomplira en termes de rééducation durant cette période cruciale finiront par payer.

 

Le jour où tout a basculé…

Le 30 janvier 2002, Metz perd sur sa pelouse face à Guingamp (2-4), face à un adversaire direct dans la course au maintien. L’équipe est en désordre et n’a pas encore véritablement trouvé son équilibre. Le lendemain de cette défaite, un jeune joueur attire particulièrement l’attention de Gilbert Gress : il s’agit de Franck Signorino. Alors qu’il ne s’est encore jamais entraîné avec le groupe professionnel, le petit blondinet va être lancé dans le grand bain en tant que titulaire. Le 2 février 2002, alors que Metz fait face à l’ogre lyonnais -habité par les petits ponts de Govou et les dribbles chaloupés de Carrière- l’équipe se fait étriller (4-1) tandis que Franck s’en sort avec les honneurs, celles d’un désormais titulaire qui se veut indiscutable.

 

Fernandez, l’idole des jeunes

Après cette cauchemardesque saison 2001-2002 synonyme de première descente en L2 depuis exactement 35 ans, l’équipe première est reprise en main par l’expérimenté Jean Fernandez. Pas de quoi nourrir d’inquiétudes le latéral gauche, puisque Fernandez a toujours fait confiance aux jeunes. C’est lors de cette saison de reconstruction que Franck progresse sur le plan technique, notamment. Il fallait bien se dépasser aux entraînements avec M. Fernandez sous la houlette de l’équipe, ce dernier étant réputé d’être hyper intransigeant à bien des niveaux. De toute évidence, cette saison-là, Franck figurait comme l’un des meilleurs jeunes du club avec entre autres les Adebayor, Jager etc…

 

2005-2016 : une décennie faste et quelques destinations exotiques…

En 2005, Signorino signe au FC Nantes pour essayer de s’imposer dans une écurie solide de L1. Chose qu’il réussira modérément, puisqu’à la fin de la saison 2006/2007, Nantes est relégué en L2, ce qui provoque un séisme en interne. A ce moment-ci, Franck décide de s’exiler et prendre la direction de l’Espagne et Getafe. Une période difficile pour l’ex-Nantais qui ne prendra part qu’à très peu de matchs, sans compter les coupes. Cela dit, son club parviendra jusqu’à la finale de la Coupe du Roi, ce qui n’est pas rien, insuffisant tout de même pour exprimer son réel potentiel avec régularité. D’autant plus qu’en 2008, il subira deux fractures qui l’obligeront une nouvelle fois à faire face à une intense période de rééducation. Durant cette période compliquée, Signorino songera sérieusement à arrêter sa carrière… Après une pige rapide à Cartagena, il résiliera son contrat avec Getafe pour se lancer un nouveau défi : celui de s’imposer dans le championnat belge, avec le club de Charleroi. Un défi qui tourne court car le club belge est dans l’incapacité de se maintenir en Jupiler League. C’est alors que le gaucher retourne dans l’Hexagone pour y signer chez le promu rémois où un long contrat l’attend. Après quatre belles années passées en Champagne, le défenseur désormais expérimenté décide de répondre favorablement à l’appel du pied de son club formateur. Lors de cette (nouvelle) funeste saison 2016-2017, ses 17 matchs en tant que titulaire n’auront certainement pas manqué de lui rappeler au bon vieux temps. Lorsqu’il avait encore avec lui cette insouciance dans les équipes de jeunes grenat.

 

21 janvier 2018, où la fin de 17 ans de carrière…

C’est à 37 piges que le Messin de cœur décida de mettre un terme à sa longue et enrichissante carrière. Une carrière rythmée par les exils en Espagne, Belgique, mais aussi par les blessures. Mais cet amoureux inconditionnel de football ne rompt pas définitivement avec le ballon rond : pour sa reconversion, il a décidé d’œuvrer sur différents projets au sein de la Ligue de Football Professionnel (LFP). On retiendra forcément de lui cette détermination de tous les instants, cette envie d’aller toujours plus haut en se lançant constamment de nouveaux défis. Surtout, ce que l’ancien numéro 3 grenat a gagné, c’est le cœur des supporters grenat. Et c’est là sans doute son plus grand mérite…

 

Crédit photo : France Football

Q.D

Socios FC-Metz © 2019