Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[Après-match : FC Metz – Stade Brestois] Encore raté

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Metz piétine un peu plus, et concède un triste nul face à Brest (2-2).

Le onze

Philippe Hinschberger reconduit le schéma en 4-4-2, Habib Diallo épaulant Christian Bekamenga en pointe. Juan Kaprof est appelé à remplacer Daniel Candeias, suspendu. Suturé mais jugé apte, Nuno Reis officie aux côtés de José Luis Palomino.

L’analyse

Y a-t-il seulement quelque chose à retenir ? Metz a fait du Metz dans ce qu’il a de plus agaçant, de la naiveté et des fautes grossières en défense, un second acte inoffensif et un manque de folie pour aller décrocher une victoire inaccessible en ce mois de février.

La première période a essentiellement servi à réchauffer l’atmosphère mais les errements défensifs ont plombé les bonnes intentions, et masqué la belle prestation d’Habib Diallo, auteur d’un doublé, son troisième but en deux rencontres. Mais les étincelles des uns et des autres ne suffiront pas à atteindre l’objectif lorsque tant de points sont perdus. Le bilan à domicile est clairement mauvais pour une formation prétendant jouer la montée en Ligue 1.

Revenus dans le match à la pause, les messins ont été incapables de porter le danger significativement en seconde période, un manque de folie qui fait tâche à un moment charnière de la saison. Pire, le dernier quart d’heure ne ressemblait plus à grand chose, en dehors de quelques chevauchées perdues et d’actions individuelles galvaudées. Peu et mal inspirés, les messins n’ont jamais mis le portier brestois en difficulté, un comble. Ce Metz là fait peine à voir, surtout lorsqu’il se révèle incapable de battre la moindre formation du Top 10 (Brest n’a pas été l’exception).

Les joueurs

Thomas Didillon n’a pas eu grand chose à faire, à l’exception d’une tête smashée d’Adnane en seconde période, mais il encaisse deux buts sur lesquels il est difficile de lui reprocher quelque chose. Son intervention sur la première frappe d’Adnane, encore, est mise à mal par le laxisme de sa défense.

Une défense qui a montré des signes inquiétants de fébrilité. Romain Métanire ne s’est pas caché mais a connu du déchet dans ses centres. Son compère à gauche, Tiago Gomes, a commis une faute grossière amenant le coup franc et s’est étrangement loupé au marquage, des erreurs répétitives. Nuno Reis alterne toujours le bon et le catastrophique avec des relances à se mordre les doigts. José Palomino joue les pompiers de service, et après une première période manquée dans les grandes largeur, a repris du poil de la bête en seconde.

Georges Mandjeck est précieux pour ne pas dire indispensable désormais, et Ferjani Sassi le serait aussi si ses passes trouvaient plus souvent preneur et s’il développait plus de spontanéité. Yeni Ngbakoto a raté à peu près tout à l’exception de l’ouverture pour la première égalisation de Diallo, mais ses fulgurances ont disparu depuis un mois. Juan Kaprof a peiné en première période avant de se montrer à son avantage par la suite.

Christian Bekamenga ne marque plus. Le Camerounais n’a une fois encore jamais été en position de tir, mais son jeu en pivot dos au but est infiniment précieux. Habib Diallo a de la justesse dans son jeu offensif et son réalisme apporte une fraîcheur bienvenue.

Le coaching

Christian Bekamenga, vidé, a logiquement cédé sa place à Mustapha Kabore. Le problème est que ce dernier est bien complémentaire de Habib Diallo. Mais à ce moment du match, la tactique avait déjà laissé la place à l’improvisation.

Hamza Sakhi a remplacé Juan Kaprof, un changement poste pour poste mais son retour a été globalement invisible, même s’il aurait pu (du) porter l’estocade dès son entrée, sur une tête dans la surface face au but expédiée au-dessus.

Enfin, André Santos a comme d’habitude remplacé Ferjani Sassi, peut-être à cause d’une clause particulière du contrat. Est-ce bien raisonnable lorsqu’il faut tout miser vers l’avant ?

 

Le déplacement à Clermont sera un match à six points. Les auvergnats sont allés s’imposer à Bourg-en-Bresse (1-2) et reviennent à hauteur du FC Metz. Un match d’autant plus crucial si le Red Star poursuit demain son incroyable parcours. Une victoire face à Nîmes lui donnerait 5 points d’avance. Irrécupérable ?

Socios FC-Metz © 2019