Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[APRES-MATCH : FC Metz – Nîmes Olympique] La puissance d’un collectif

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Particulièrement déterminés et entreprenants dans le jeu, les Grenats ont mangé Nîmes tout cru après avoir croqué plusieurs occasions nettes à S-Symphorien (2-1)…

L’analyse

Après avoir écarté -quasi- définitivement Amiens de sa course, le FC Metz a récidivé en surclassant le barragiste Nîmes dans un match au couteau. Et pour la deuxième soirée d’affilée, on pourra se féliciter d’avoir pu apprécier le répondant d’une équipe grenat dont les progrès sont absolument saisissants, ces derniers temps. Les temps sont radieux et ce FC Metz peut y voir plus clair désormais. Avec une cinquième victoire depuis la reprise, les Grenats se sont tout naturellement invités sur le podium de la L1, si l’on prend évidemment comme base la phase retour du championnat. Des chiffres loin d’être anodins qui mettent en lumière des performances d’ensemble des plus prometteuses.

Le mérite en revient forcément aux joueurs, d’une part, mais aussi à Vincent Hognon et à son staff qui ont su rectifier avec précision le tir à la trêve en apportant de nouvelles solutions pour rééquilibrer un groupe professionnel en difficulté. Sur le terrain, la différence est colossale par rapport à la situation qui était celle à Noël dernier. Outre l’apport de deux recrues majeures (Bronn et Pajot), c’est comme si les cadres de l’équipe avaient pris conscience de leurs qualités et des responsabilités inhérentes à leurs statuts. La confiance s’accumulant peu à peu, les résultats ont fini par suivre. La perspective de pouvoir suivre cette évolution positive tend à rassurer quant aux objectifs initialement fixés par le président Serin. Concrètement, le maintien n’est plus qu’à deux, voire trois victoires.

Mais pour en arriver là, il aura fallu batailler de pied ferme sur le sol de St-Symphorien. En effet, après une jolie série ternie par deux défaites de rang, c’est un Nîmes en mode survie qui s’est présenté en Moselle samedi soir. Heureusement, les Grenats ont su faire front en mettant les ingrédients nécessaires à la recette du succès. Grâce au fruit d’un pressing efficace et d’une intensité de tous les instants, les Messins ont littéralement noyé les Crocodiles en première période. Seul bémol : les partenaires de John Boye n’ont pu regagner le vestiaire qu’avec un tout petit but d’avance, concrétisé par Nguette à la suite d’un service magistral de Centonze sur son côté droit (1-0, 6ème). Si les Sudistes avaient été les premiers à se montrer dangereux par l’intermédiaire de Roux, un ancien de la maison (3ème) ce sont bel et bien les Grenats qui ont opéré et dirigé les débats. En l’absence de Diallo -qui purgeait son dernier match de suspension- ni Centonze (19ème), ni Boulaya (25ème) ni Pajot (37ème) ni Niane (44ème), n’ont su se montrer efficaces en position idéale. Il y avait pourtant de la place, à travers les nombreux boulevards laissés entre le milieu de terrain et la défense nîmoise.

Quiconque connaît le Football sait pertinemment à quel point il est dangereux de ne pas concrétiser sur ses opportunités. Le FC Metz en a malheureusement fait les frais dès le retour des vestiaires, lorsque la formation entraînée par Bernard Blacquart a connu l’ivresse d’un temps fort éclair. Il n’aura fallu que d’une dizaine de minutes d’égarement côté mosellan pour que les visiteurs reviennent dans la partie. Un petit moment de flottement et un ballon de Benrahou piqué par-dessus la défense centrale messine plus tard et voilà que Deaux crucifiait un Oukidja impuissant (1-1, 49ème). À la suite de cette déconvenue, les Lorrains n’en ont pas pour autant perdu leurs principes. Costaud mentalement, l’équipe a repris de plus belle en déployant une énergie assez folle pour reprendre l’ascendant psychologique. Et c’est ce qui s’est passé.

Une force mentale -mais pas que- parfaitement symbolisée par l’activité incessante de joueurs comme Centonze, Pajot ou Maiga. En parallèle, des garçons comme Boulaya ou N’Doram apportent une plus-value technique rare, grâce à leur vision claire du jeu. Autant dire que tout ce cocktail prenant forme, il était évident que le FC Metz allait redresser la barre pour s’offrir un final excitant. A force de pousser, les Grenats ont fini par trouver la faille sur coup de pied arrêté -symbole de la détermination grenat- lorsque Boye a placé sa tête dans la lucarne gauche de Bernardoni (2-1, 80ème) sur un coup de billard. Avant de gérer assez sereinement par la suite. Ainsi donc, Metz a enchaîné face à un deuxième concurrent direct de suite.

Dans le rayon des bonnes nouvelles, la visite surprise de Cabit au sein du vestiaire messin d’après-match n’aura pas manqué de donner du baume au cœur à ses partenaires -et notamment N’Doram avec qui il est resté très proche depuis l’accident du 3 novembre dernier- qui pourront vraisemblablement s’appuyer sur cet épisode douloureux pour trouver de la force et continuer à avancer. Avec toujours en ligne de mire, l’objectif qui pointe désormais le bout de son nez…

Les notes des joueurs

Les tops :

Centonze (8) : impressionnant défensivement, le latéral droit messin l’a été tout autant sur le plan offensif, délivrant plusieurs caviars de son couloir au cours de la partie notamment celui qui amène l’ouverture du score de Nguette.

N’Doram (8) : omniprésent dans l’entrejeu, la sentinelle du milieu de terrain lorrain a œuvré telle une véritable tour de contrôle ; par sa facilité technique, il a aéré avec brio le jeu de son équipe.

Boye (7) : impérial défensivement, le capitaine grenat s’est illustré en signant sa deuxième réalisation de la saison -sur son deuxième tir cadré d’ailleurs- pour offrir la victoire aux siens.

Nguette/Boulaya (7) : tous deux intenables dans des registres différents, Boulaya s’est mué en véritable meneur de jeu sur le front de l’attaque alors que Nguette a donné le tournis à l’arrière garde nîmoise grâce à sa percussion.

Les flops :

Niane (4) : disponible dans le jeu et plutôt à son avantage dans les duels, l’avant-centre sénégalais a malheureusement tout raté devant le but ; en l’absence de Diallo, il n’a pas marqué les esprits…

Le résumé de la rencontre

M.D

 

Socios FC-Metz © 2019