Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[Après-match FC Metz – AS Nancy Lorraine] C’est ça qui est bon !

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

veste-retro-fc-metz

Auteur d’un match rare, le FC Metz s’impose logiquement dans le derby et tutoie le maintien. Nancy est dans de sales draps.

Le onze

Metz retrouve Benoît Assou-Ekotto au poste d’arrière gauche d’une ligne défensive complétée par Ivan Balliu, Milan Bisevac et Simon Falette. La récupération est confiée au duo Cheick Doukouré et Fallou Diagne. Renaud Cohade est épaulé sur les côtés de Opa Nguette et Ismaila Sarr. Cheick Diabaté est en pointe.

 

Les temps forts

Ismaila Sarr s’infiltre dans la surface de réparation, côté droit. Son centre trouve Cheick Diabaté seul devant le but, mais le Malien ne parvient pas à pousser le ballon au fond des filets (12′).

Sarr récupère une passe en profondeur d’Opa Nguette. Face à trois nancéiens, il fixe le premier, déséquilibre le second, crochète le troisième et place le ballon à ras de terre hors de portée de Ndy Assembe (1-0  28′).

Parti dans le dos de la défense, Cheick Diabaté réalise le crochet sur Cabaco. Celui-ci semble le faucher mais l’arbitre ne signale aucune faute de l’Uruguayen (33′).

Sarr pique le ballon sur le côté droit et centre fort dans l’axe pour Diabaté qui reprend instantanément en croisant son tir, Ndy Assembe sauve son camp en se jetant sur sa droite (39′).

Nancy égalise totalement contre le cours du jeu et sur sa première occasion par l’intermédiaire de Maouassa qui décroise au premier poteau un centre fort de Cuffaut (1-1  41′).

Sur un corner, Fallou Diagne reprend en demi volée, Ndy Assembe détourne au prix d’une horizontale de toute beauté (52′). Dans la continuité, Simon Falette reprend un ballon mal dégagé sur le côté gauche de la surface, son tir est dévié par Nguette qui redonne l’avantage aux Messins (2-1  53′).

Sur un énième corner, Falette décroise sa tête au premier poteau, Ndy Assembe repousse difficilement des deux poings sur sa ligne (62′).

Sur un contre très rapide, Maouassa est décalé sur la gauche, sa tentative est repoussée en corner par Kawashima (64′).

Sur un coup franc à quarante mètres, Diabaté croise une tête au premier poteau, Ndy Assembe est à nouveau sur la trajectoire et écarte d’une belle claquette (68′).

Hadji place une tête en déséquilibre que Kawashima capte après une hésitation et alors qu’il est obligé de reculer derrière sa ligne (90’+4).

 

Ismaila Sarr (au centre) est un phénomène. Le Sénégalais a régalé de sa classe autant qu'il a mis au supplice la défense nancéienne.

Ismaila Sarr (au centre) est un phénomène. Le Sénégalais a régalé de sa classe autant qu’il a mis au supplice la défense nancéienne.

Les joueurs

Eiji Kawashima (6) a aisément suppléé Thomas Didillon. Le Japonais a eu peu de travail mais s’est montré décisif face à Faitout Maouassa en contre.

Ivan Balliu (5) a été moins présent offensivement mais au fait défensivement. Milan Bisevac (6) a joué sobrement mais manque de promptitude sur le but égalisateur de Maouassa. Simon Falette (6) est un puncheur et un catalyseur dans une charnière. Solide et rugueux, l’ancien Brestois est directement à l’origine du but victorieux. Benoît Assou-Ekotto (6,5) a toujours bien anticipé et son expérience a été précieuse en fin de rencontre.

Cheick Doukouré (8), transfiguré, a signé son meilleur match sous le maillot messin depuis son retour de blessure. Particulièrement vif, l’Ivoirien s’est montré percutant et disponible sur tous les ballons dans l’entrejeu. Une rampe de lancement salutaire. Fallou Diagne (5) est monté en puissance après une entame timide. Opa Nguette (6) a dévié la frappe de Falette sur le second but. Ses accélérations ont mis à mal la défense nancéienne, mais il n’a jamais été en mesure de frapper au but. Renaud Cohade (5) n’a pas été heureux sur coups de pied arrêtés et sur des remises parfois mal senties. Sa générosité reste néanmoins un atout majeur. Ismaila Sarr (8) est une pépite qu’il conviendra encore de ciseler. Son rush victorieux est un modèle du genre et ses multiples accélérations et prises de balle dans des positions improbables sont autant un régal pour les uns qu’un poison pour les autres.

Cheick Diabaté (6) a manqué deux face à face avec Guy Ndy Assembé mais aurait du bénéficier d’un pénalty. Si le Malien n’a pas marqué, il a très précieux en fin de rencontre dans son jeu défensif.

 

L’analyse

Metz a offert un derby retour de haut niveau, de niveau derby. Comme rarement cette saison, les Messins ont mis d’entrée l’intensité et l’engagement indispensables à une rencontre clé pour l’avenir des deux formations. Ils ont mis à mal une équipe nancéienne empruntée et peu inspirée, laquelle pouvait s’estimer heureuse de regagner les vestiaires à la pause avec un score de parité. Les joueurs de Philippe Hinschberger ont pour une fois remporté la bataille du milieu et ont su faire le dos rond en fin de match tandis que l’ASNL poussait en vain pour égaliser.

Tranchants et en mettant un impact fort, les Grenats auraient ainsi largement mérité de mener à la pause, mais Cheick Diabaté a notamment manqué de lucidité sur deux caviars. S’ils se sont éteints après l’égalisation, ils ont repris tambour battant en seconde période. Le portier nancéien a maintenu son équipe à flots. Les Messins ont nécessairement été poussés dans leurs retranchements en fin de match mais n’ont pas semblé particulièrement émoussés physiquement.

Hausser le niveau de jeu n’est donc pas une chimère pour un collectif Grenat clairement capable de proposer un ensemble solide et cohérent. S’il s’agit avant tout de fulgurances à défaut d’un jeu posé, ce derby a offert une continuité dans l’effort et une prestation collective pleinement aboutie de bout en bout. La solidarité en cerise sur le gâteau, on regrettera néanmoins cet éternel manque de réalisme infligeant des sueurs froides à foison. Le FC Metz s’est tiré une belle épine du pied et devrait sauf concours de circonstances exceptionnel, reprendre en Ligue 1 en août prochain, c’est ça qui est bon !..

 

FC Metz : Kawashima – Balliu, Bisevac, Falette, Assou-Ekotto – Doukouré (cap), Diagne (Mandjeck 76′) – Sarr (Jouffre 85′), Cohade (Mollet 79′), Nguette – Diabaté

AS Nancy Lorraine : Ndy Assembe – Cuffaut, Chrétien (cap), Cabaco, Badila – Diarra (Guidileye 31′) (Puyo 79′), Cetout, Pedretti – Dia, Maouassa, Dalé (Hadji 55′)

 

Socios FC-Metz © 2019