Socios FC Metz

Socios fc metz

ActualitéS

Socios tv

E-football

Grenat-cars

[Après-match : Dijon FCO – FC Metz] Sur le fil, de la déception

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

A l’occasion de cette 19ème journée de L1, les Grenats ont clôturé leur phase aller sur un énième nul, insatisfaisant au niveau comptable bien qu’arraché à la dernière minute face à Dijon (2-2) à Gaston-Gérard…

 

Le live report

 

« On est les rois des cons » osait Wesley Lautoa, joueur dijonnais, forcément frustré au sortir d’une rencontre que son équipe n’a pu remporter malgré un scénario des plus favorables avec l’expulsion de Sunzu côté messin en cours de jeu. Que dire, donc, des protégés de Vincent Hognon, si ce n’est qu’ils demeurent les « rois des nuls » pour le coup. Sans mauvais jeux de mots, bien sûr. Pour rappel, la formation mosellane reste sur 6 résultats nuls enregistrés lors de ses 8 dernières sorties : une série record cette saison en L1.

Et c’est dans une ambiance quelque peu délétère sur le terrain -alors que les réjouissances de fin d’année arrivent à grands pas- que le FC Metz aura donc parachevé sa première partie de saison 2019/2020 par un match nul au goût amer. Encore de l’amertume ? Eh bien oui, parce que, sans réaliser une entame parfaite, les Messins avaient eu le bon goût d’ouvrir le score dès le premier quart d’heure lorsque Diallo profitait d’une ouverture de Boulaya pour éliminer avec une facilité déconcertante Gomis, le portier local, et ainsi sonner la charge grenat en cet antépénultième jour de Noël (0-1, 14ème). Mais c’était sans compter cette sempiternelle mauvaise rengaine qui consiste -lorsque les Grenats parviennent à se mettre en ordre de marche- à ce que tout foute le camp d’un claquement de doigt (de pied). Alors qu’il était à l’origine de l’ouverture du score messine, Amalfitano se rachetait en effet aussitôt en reprenant victorieusement de volée un coup franc botté par Chouiar mal renvoyé par l’arrière-garde lorraine et le DFCO de revenir instantanément dans la partie (1-1, 18ème).

Une première période assez animée et intense au cours de laquelle chacun aura eu son mot à dire, finalement. Mais ce sont bien les Bourguignons qui dirigèrent les opérations face à des Messins en panne d’inspiration offensivement (comme souvent). Malheureusement, ces derniers craqueront juste avant la pause : parfaitement lancé par Lautoa, Baldé prit en effet le meilleur sur Sunzu dans l’intervalle pour finalement s’en aller crucifier Oukidja à bout portant (2-1, 42ème). Après le repos, le temps des héros. Mais il s’agira de prime abord de l’instant des zéros lorsque Sunzu commit l’irréparable face à Baldé, lequel l’avait auparavant pris de vitesse en direction de la cage messine. Résultat des courses : une expulsion méritée qui vaudra aux Grenats de s’ajouter une contrainte supplémentaire en plus de devoir s’atteler à courir après le score. Heureusement pour eux, les Dijonnais ont vu la moutarde commencer à leur monter au nez rien qu’en pensant aux éventuelles conséquences de cette victoire qui leur tend les bras, désormais. Eh bien, devinez quoi ? A force de déjouer dans cette fin de match, arriva ce qui devait arriver à la formation entraînée par Stéphane Jobard… Alors qu’on se dirige côté messin vers une défaite à la consonance tragique en terres bourguignonnes, une dernière occasion messine dans ce match aura bel et bien raison des locaux. A une minute du coup de sifflet final, Diallo parvint ainsi à décaler astucieusement Maiga pour une frappe aussi soudaine que puissante, laquelle finira sa course sous la barre de Gomis, qui ne fit que constater les dégâts (2-2, 89ème).

Un petit moment de joie (répit) pour des Messins qui en avaient bien besoin au gré de tous ces efforts consentis depuis des semaines pour exister dans ce tumultueux championnat de L1. Reste à savoir si cela suffira dans la durée. En attendant, le FC Metz passera les fêtes (presque) au chaud, à la 17ème place et en dehors de la zone délicate, malgré ses 3 maigres victoires au compteur. Et cela relève presque de l’exploit tant l’on sait tout ce que cette équipe a enduré jusqu’alors…

 

Les notes des joueurs

 

Les tops :

Les deux Habib (7) : Habib Diallo, c’est 10 buts et 3 passes décisives en une demi-saison au sein de la 16ème attaque de L1, autant dire que c’est magistral. Quant à Habib Maiga, c’est une énergie incroyable déployée sans fléchir tout le long des 93 minutes durant, un volume de jeu, et ce premier but cette saison qui fait un bien fou à son équipe. Chapeau bas à nos deux Habib !

Les flops :

Sunzu (0) : le maillon faible de la défense lorraine, c’est bien lui ; régulièrement dépassé à la course, il a cette fois-ci abandonné ses coéquipiers à cause de cette faute rédhibitoire commise à l’encontre du buteur Baldé qui lui a logiquement valu la sanction suprême.
N’Doram (4) : pas dans un grand jour aussi bien techniquement que physiquement, la sentinelle du FC Metz est loin d’avoir retrouvé son vrai niveau, celui du mois de novembre en l’occurrence.

 

PS : Voici venu le moment de clore le chapitre grenat, version 2019. Joyeux Noël à toutes et à tous. Rendez-vous dimanche 12 janvier 2020 pour le prochain débrief et la suite des hostilités avec ce Strasbourg-Metz à l’odeur de soufre, qui s’annonce palpitant à souhait !

 

M.D

Socios FC-Metz © 2019